Le nouvel Ambassadeur du Cameroun en France, SEM André-Magnus EKOUMOU a été accueilli, par la famille diplomatique du Cameroun en France.

La grande famille diplomatique et consulaire du Cameroun en France, vit des moments de fortes émotions depuis mardi, 18 août 2020. Les diplomates camerounais en service à l’ambassade du Cameroun et au consulat général du Cameroun à Paris, ont accueilli leur nouveau patron, S.EM.André-Magnus Ekoumou. Celui-ci est arrivé en France, accompagné de son épouse, Madame Claire Ekoumou. Ils ont été tous les deux accueillis à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle, par une forte délégation de diplomates conduite par le M. le Ministre Conseiller et Chargé d’Affaires par interim de l’ambassade du Cameroun en France, M. Antoine Ahmadou , en présence de MM. le Consul Général du Cameroun à Paris, Victor Oben Enoh, Bertin Bidima, Consul du Cameroun à Marseille, du Chef de la Mission Militaire, le colonel Josué Noël Bidoung et aussi  de tous les responsables des structures techniques rattachées à la chancellerie…

Mercredi, 19 août 2020. A partir de 13 heures… les températures fortes de cet été ayant fait place à un temps beaucoup plus doucereux, ont permis une réception du haut diplomate camerounais, sans pression et dans la convivialité. L’ambassadeur André-Magnus Ekoumou et son épouse sont alors reçus une nouvelle fois dans un cadre protocolaire strict, dans la cour intérieure de l’enceinte de l’ambassade du Cameroun à Paris située dans le 16è Arrondissement de la capitale française, par le même groupe de diplomates qu’à leur arrivée. Les choses iront vite, pour permettre au couple diplomatique de se présenter à toute la grande famille diplomatique et consulaire en service à Paris. A ce niveau, c’est la grande salle d’apparat de l’ambassade qui accueillera tout ce monde, dans le respect des mesures barrières et de distanciation sociale qu’impose la crise sanitaire actuelle provoquée par le covid19.

Dans un propos concis et fortement interpellateur, André-Magnus Ekoumou, s’est voulu direct avec ses collaborateurs, tous grades confondus. Evitant toutes circonvolutions de langage, le haut diplomate a usé de franchise, de simplicité et de cordialité pour faire passer son premier message.

« Je n’ignore guère l’ambiance qui prévaut au sein de nos diverses structures de la chancellerie et des postes consulaires d’une part ; et des rapports de collaboration quelques fois difficiles, qui ont mis à mal à certains égards, l’osmose professionnelle à laquelle je vous invite d’autres part. J’en appelle ainsi au sens de responsabilité de chacun, en vue d’atteindre ensemble les objectifs qui ont présidé à notre affectation à nos différents postes ici en France ».

En diplomate pragmatique, précautionneux et prévenant, André-Magnus Ekoumou, pense réactiver très rapidement les principes cardinaux et pleins de vertus de la diplomatie de proximité, chère au Président de la République Paul Biya : « s’agissant de notre diaspora, en m’envoyant à Paris, le Chef de l’Etat m’a fortement instruit de rassembler tous les camerounais. De faire de notre ambassade la Maison Commune des camerounais. Il n’y a ni BAS, ni Patriotes, ni Nordistes, ni Béti, ni Bamiléké, ni Douala, ni Anglophone. Il y a seulement les Camerounais. Comme vous le savez, la communauté camerounaise de France représente l’une des tranches les plus importantes de la diaspora à l’étranger. Aussi, dans le cadre de la normalisation des relations avec elle, que tout soit mis en œuvre pour intégrer ces frères et sœurs aux efforts de construction et de développement de notre cher et beau pays »…

Se retrouvant quelque temps après dans le même cadre avec tous les responsables de la chancellerie, et des différentes structures techniques, l’ambassadeur André-Magnus Ekoumou, comme une bonne rengaine, va leur répéter les principales articulations de sa feuille de route :

  • Restaurer un climat de paix ;
  • Apaiser la Mission diplomatique ;
  • Pacifier les relations entre le Chef de Mission et le personnel ;

C’est dans cette perspective d’un « New deal diplomatique » qu’André-Magnus Ekoumou, a égrené les futurs grands défis et chantiers qui attendent les diplomates camerounais de France. Dans quelques jours, l’ambassadeur se rendra à Marseille, pour visiter le poste consulaire du Cameroun de France Sud. A 65 ans, André-Magnus Ekoumou, lauréat de la promotion 1990 de l’IRIC, titulaire de plusieurs diplômes de Sciences politiques et de droit public obtenus en France, entame son magistère diplomatique hexagonal, dans une allure stratégique prometteuse, faite de tact, d’humanisme et de patriotisme.