l’Association « LES FUTURISTES SOLIDAIRES DE PARIS » distribue des colis alimentaires pour les étudiants sur la place de la porte d’Aubervilliers

Il est 15h ce 11février 2021. Sur la place de la porte d’Aubervilliers, des dizaines d’étudiants et unes centaines de sans abri, se retrouvent en quête de solutions face à la situation délicate qu’ils traversent.

Ils ont tous répondu à l’appel lancé sur les réseaux sociaux par l’association « LES FUTURISTES SOLIDAIRES DE PARIS ». Cette association, fondée par Yankoua Nana Desire, est motivée par un but simple : porter assistance à tous les sans-abris et aux étudiants dans le besoin avec, en premier lieu, l’organisation de distributions gratuites de Près de 1000 à 1500 repas et boissons, et des colis alimentaires aux étudiants. Ceci sur fond propre de l’association.
Les sans-abris et quelques étudiants sont là, les uns derrière les autres, masqués Covid-19 oblige – ils reçoivent boisson chaude et repas, les étudiants les colis alimentaires. Chacun pèse environ 5 kilos. On y trouve la farine, le sucre, le café, l’huile, les pâtes, des œufs, mais aussi des masques, tout ce qui peut permettre aux étudiants de vivre normalement dans cette période anormale. Cette distribution leur permet par ailleurs de retrouver, l’espace d’un instant les grandes sœurs et les grands frères de la communauté Camerounaise.

Une journée où les volontaires, pour la plupart des Camerounais, soucieux de leur semblable mène cette action salutaire qui nécessite l’adhésion de tous, tant sur le plan financier que sur le plan humain.

Victimes de la Covid-19

Les étudiants ont été particulièrement impactés par la pandémie. Confinés, parfois seuls et dans la précarité, certains ont vu leurs stages et alternances s’envoler, d’autres leurs emplois perdus, sans parler des difficultés financières que cela a entraîné.

Avant la crise sanitaire, 20% des étudiants vivaient déjà sous le seuil de pauvreté en France. Et une fois leurs études finies, le contexte actuel ne leur offre aucune visibilité professionnelle.

Dès les impacts du premier confinement, les associations se sont mobilisées devant les universités franciliennes pour venir en aide aux étudiants en difficulté.