MÂCON : Le combat de Anne Marie Lindou pour un développement endogène de l’Afrique

 

Témoignage de la directrice de l’association Afrique Éducation Co – développement.

 

Anne Marie Lindou, Camerounaise, est professeure des universités à Yaoundé. Diplômée en didactique et pédagogie, elle enseigne la langue allemande depuis 30 ans.

Installée depuis deux ans à Mâcon, à la suite d’un constat sur l’immigration illégale des jeunes Africains en France, elle a créé une association : Afrique Éducation Co – développement au 92, rue Nelson Mandela.

 

Son association accompagne les jeunes africains en formation en France et les jeunes européens en stage en Afrique.

« En tant que pédagogue enseignante, confie Anne Marie Lindou, j’ai souhaité trouver une solution prophylactique à cette situation de l’immigration clandestine des jeunes africains. Nous voulons proposer à la France et aux pays européens des solutions préventives à l’immigration clandestine et pas seulement des solutions curatives en terme d’aide alimentaire ou de logement.

Nous entendons par notre politique et par ce sacrifice, où j’ai laissé mon travail pour devenir bénévole afin de dire à la France, qu’il est possible d’apporter des techniques de pêche plutôt que de donner du poisson indéfiniment.

Il est temps que je mette mon expertise pédagogique, en tant qu’intellectuelle africaine, que j’éclaire les gens en leur donnant la possibilité d’être formés en France et de retourner en Afrique.

L’Afrique se développera avec des Africains venus acquérir des savoirs et savoirs faire à l’étranger, non avec des aides au développement. Nous sommes là aussi pour accompagner les jeunes africains à leur retour au pays.

Voilà la substance de mon combat et l’objet de ma présence en France et à Mâcon. Je compte bien évidemment d’ici un an au plus tard, retourner dans mon pays et continuer ce combat  ».

 

Pourquoi Mâcon ? Le premier cobaye de ce projet, Thierry, son fils, arrivé au CFA de Mâcon en 2016. Ce candidat à l’immigration clandestine, a été rapatrié au Cameroun à la suite d’une attaque de Boko haram à la frontière du Cameroun et du Nigéria.

Il a été rétrogradé en classe de seconde et en l’espace de 3 ans a obtenu son bac Il fréquente à présent, un BTS en alternance au CFA à Mâcon.

« Actuellement, nous avons 7 jeunes à l’association répartis dans les 3 centres de formation en Bourgogne. Leurs résultats sont formidables.

Nous interpellons des bailleurs de fond, des organisations, des âmes sensibles ainsi que la Région, à soutenir financièrement notre projet gagnant / gagnant pour la paix, pour davantage de compréhension inter – culturelle et de partage.

Nous accompagnons aussi des européens en familles d’accueil en Afrique pour des stages de bénévolat ou des séjours d’imprégnation socio-culturelle. 15 jeunes Européens en ont déjà bénéficié. Ils sont rentrés totalement transformés. C’est mieux que tous les cours de développement personnel.

L’Afrique a du cœur à donner, a d’autres valeurs de vie qui manquent dans cette société. Nous sommes en train de développer un programme intitulé Afriquemus, un Erasmus africain permettant aux jeunes européens, les diplomates de demain, de découvrir l’Afrique.

Nous avons constaté un regain pour ce continent. Nous sommes en discussion avec les trois centres de formation automobile en Bourgogne pour permettre aux apprentis de faire un stage de 4 semaines en Afrique au mois de juillet.

Je crois en l’aide humaine pour le renforcement des capacités intellectuelles des jeunes africains afin de promouvoir un développement endogène de l’Afrique ».

 

Contact : afec-education.org / contact@afec-education.org