Le Camerounais Douglas Mbiandou fondateur d’OBJIS veut former 10 000 codeurs informatique à l’horizon 2025 en Afrique

D’où vous est venue l’idée de fonder 10.000codeurs ? 

A l’aube de mes 40 ans, je me suis demandé comment je pouvais contribuer au développement d’un continent de plus d’un milliard d’Africains, et ce après avoir contribué en 12 ans à la formation de plus de 3000 informaticiens en France. J’ai pensé qu’il faudrait 1 développeur pour 1000 habitants. On tombe alors sur le nombre 1.000.000. Comme cela faisait beaucoup à former je me suis dit que si j’arrivai déjà à former un centième, ce serait pas mal, ça donne 10.000, d’où 10.000codeurs !

 En quoi consiste votre initiative, pourriez-vous nous donner un aperçu général de vos activités ?

Fédérer, Former, Insérer : dans le cadre d’une volonté de lutter contre le chômage des jeunes en Afrique, tout en repositionnant le continent comme acteur de l’industrie numérique mondiale, nous fournissons en Afrique à des jeunes, des femmes et des professionnels en reconversion des savoir-faire et savoir-être correspondant aux besoins de l’industrie mondiale du logiciel. Nous créons ainsi les conditions d’une autonomisation financière de nos bénéficiaires, et ce dans un secteur très porteur pour lequel les besoins sont plus qu’énormes.

Nous animons des formations sur 12 mois « Développeur d’applications Web Mobile » totalisant 450 heures en cours du soir avec un format de 3 fois 3h par semaine (18h-21h) et nous nous engageons à insérer sous 6 mois les bénéficiaires qui arrivent au bout du programme.

 Ce n’est pas votre première expérience entrepreneuriale, mais c’est la première en Afrique, avez-vous rencontrez des difficultés particulières ?

La première difficulté fut de toucher notre cible : les jeunes. J’ai mis du temps avant de comprendre que c’est à travers les réseaux sociaux et WhatsApp que j’avais plus de chance de les atteindre. Il y a aussi le fait de raconter l’histoire des 100 premiers bénéficiaires : des parcours inspirant à partir desquels les 9900 autres vont s’identifier. Aujourd’hui nous enregistrons 1500 demandes d’inscription au programme à partir du formulaire (http://bit.ly/2BiZ0Og).

La deuxième difficulté a été de constituer un réseau de formateurs pédagogues : des professionnels du développement d’applications déterminés comme moi à jouer leur rôle. Ils sont aujourd’hui dix sur le continent répartis dans les 3 pays suivant : la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Cameroun. Ils ont pu suivre un cursus de formateurs leur permettant de bénéficier des 12 ans d’expériences de formation professionnelle du centre Objis. Nous avons besoin de 200 formateurs pour former les 10000codeurs. Nous en avons actuellement une dizaine dont Serge Komi INNOCENT à Abidjan, Daniel FOUOMENE à Yaoundé, Gabriel KWAYE KANT à Douala, Ousseynou SENE à Dakar. Je les remercie particulièrement car je peux vous dire qu’ils mouillent le maillot au-delà de mes espérances, et pour la joie et l’expertise de cette nouvelle génération de codeurs Africains !

La dernière difficulté reste le modèle économique. Former, valoriser et insérer un bénéficiaire 10000codeurs coute 6000 euros, soit dix fois plus que ce que paye les bénéficiaires actuellement. Notre pari est de montrer que nous sommes capables de former ET insérer ; nous pourrons alors obtenir les faveurs des Etats, des organismes d’aide au développement ainsi que des entreprises. Nous allons établir les partenariats rendant possible la phase industrielle de 10.000codeurs.

 Quels sont les retours que vous avez reçus sur votre projet ?

Sur la base d’éléments factuels (interaction sur les réseaux sociaux, invitations dans les événements liés au numérique, perception de la jeunesse etc…) il apparaît que le projet est perçu non seulement positivement, mais aussi comme étant une initiative à fort potentiel pour la formation des jeunes et des femmes sur notre continent. C’est très encourageant et nous positionne comme une entreprise responsable.

Ce sont les histoires de nos bénéficiaires qui inspirent. Comme celle de Stéphanie NTAMACK au Cameroun : femme, maman, esthéticienne de 34 ans qui a choisi 10000codeurs pour se reconvertir en développeuse d’applications informatique. Ou encore celle de Mohamed TRAORE en Côte d’Ivoire : de formation gestionnaire, il est aujourd’hui l’un des meilleurs éléments de sa promotion. Ces cas donnent envie à d’autres de s’investir dans ce secteur en bénéficiant d’un accompagnement de professionnels responsables.

 Comment voyez-vous l’avenir de 10.000codeurs ?

En 2018 nous allons continuer à raconter l’histoire de ces 100 premiers qui nous ont fait confiance. Nous souhaitons mettre en œuvre des cours en journée et un volet de e-learning pour attirer encore plus d’intéressés. En parallèle, nous menons un travail relationnel pour valoriser notre travail auprès des autorités des pays pilotes ainsi que d’autres pays sensibles à l’emploi de leur jeunesse. Dès 2019 nous souhaitons qu’Objis ne soit pas un contributeur financier parmi tant d’autres.

Nous allons fédérer les jeunes et les femmes en Afrique qui croient en notre vision, et ce à travers des groupes WhatsApp que nous créerons progressivement. Aujourd’hui, nous en avons déjà en Guinée, au Tchad et à la République Démocratique du Congo. Une occasion de garder contact et montrer notre volonté de proximité.

10.000codeurs sera également positionné comme fondation d’une plateforme en cours d’élaboration où codeurs, entrepreneurs et investisseurs seront au service de nouveaux usages du numérique en Afrique. Nous souhaitons devenir un partenaire privilégié des organisations patronales, des Etats, ainsi que des écoles de formation informatique en Afrique et cela dans le cadre de l’écosystème 10000codeurs

 Une dernière chose que vous souhaitez ajouter ?

Combattons le chômage des jeunes et des femmes en AfriqueComment ? Avec l’apprentissage des compétences pratiques en programmation web Mobile, des Soft skills, de l’anglais et de l’entrepreneuriat pour gagner entre 5000 FCFA (7,5 euros) et 1 million FCFA (1500 euros) et plus par jour.

 

 

OBJIS est un centre de formation en informatique fondé en 2005 qui s’est fait connaître à travers des tutoriels en libre accès. Initialement créé avec une forte volonté d’impact en Afrique, la société s’est d’abord développée pendant 10 ans en France avant de mettre en œuvre une stratégie ciblée pour l’Afrique basée sur le soutien à la formation au métier de développeur d’applications de jeunes et femmes dans 5 pays (Congo, Sénégal, Côte d’Ivoire, Cameroun et Guinée).
Quelles sont vos clés du succès pour l’entrepreneuriat des diasporas ?

Un entrepreneur de la diaspora est d’abord un entrepreneur.

Voici des recommandations issues de mon expérience en France et en Afrique :

1) Exceller dans un domaine : moi c’était la programmation JAVA et la pédagogie.

2) Etre humble : j’ai commencé comme sous-traitant de sous-traitant de sous-traitant.

3) Etre patient : définir mon offre et avoir des clients en direct a pris du temps.

4) Développer sa résilience : tomber et se relever sans cesse. Rebondir après les déceptions et les échecs.

5) Savoir s’entourer pour les domaines qui ne relèvent pas de son expertise.

6) Ne pas forcément choisir son pays d’origine comme cible d’investissement : j’ai commencé par le Congo suite à une opportunité dans ce pays, puis le Sénégal et seulement ensuite, le Cameroun, mon pays d’origine.
Quelles ont été vos plus grandes difficultés pour entreprendre ?
La première année de OBJIS a été une année sans chiffre d’affaires. Il n’y avait pas de réel produit. Nous avons failli disparaître et avons bénéficié d’une procédure de sauvegarde. Après 10 ans d’activité en France et une rentabilité avérée, j’ai également manqué de rigueur lorsque j’ai développé l’activité en Afrique au niveau de la gestion, la comptabilité et le juridique. Dorénavant, je veux positionner la marque OBJIS comme une marque responsable (sponsor de l’association “10.000 Codeurs”), leader dans la formation IT sur tout le continent d’ici 2040.